Goulven DELISLE Peintre en décor du patrimoine

Les petits cailloux d’une reconversion

Après 12 années passées auprès des artistes, des institutions et de mon ordinateur, je décide finalement de faire autrement. De faire tout simplement, moi-même. Retrouver le corps dans sa dimension quotidienne, assumer l’intégralité d’un processus de travail.

Faire, voilà toute l’affaire.

De chantiers – amateurs – en modules de formation déjà orientés (conception bioclimatique, menuiserie, plâtre, bétons, chaux) l’attraction du manuel se confirme. L’enthousiasme des professionnels que je rencontre à Okhra ou au Gabion – Jean-Pierre Oliva, Pierre Caron, François Denayrou – me donne une idée de la passion avec laquelle on peut vivre ces métiers. Faire, construire, c’est aussi imaginer, projeter.

Transformer cet exotisme en authentique quotidien professionnel… pourquoi pas ?

En 2009, j’intègre l’Ecole d’Avignon pour y suivre le cycle de formation Peintre en décor du patrimoine. L’approche technique et culturelle du bâti que propose l’Ecole, le métier et la créativité que l’on y acquiert lors de cette année de formation sont pour moi une révélation. Dans le maquis d’un projet de reconversion, les petits cailloux s’alignent : environnement, bâti, peinture…

Ranger l’ordinateur, fermer les classeurs, Faire le mur.

En 2010 je quitte, professionnellement, le GRIM que j’animais avec Jean-Marc Montera pour me consacrer intégralement à ce nouveau projet. J’ai la chance de commencer mon activité auprès d’Isabelle Rolet, mon ex professeur de fresque avec qui je continue d’apprendre au sortir de L’Ecole sur des chantiers de restauration.

Pour mon activité personnelle, riche de l’enseignement de l’Ecole, je creuserai la question de l’utilisation des matériaux anciens, pour l’architecture patrimoniale mais aussi contemporaine. Ils sont beaux, performants pour le bâti, et de fait, écologiques. Ils ne pas disponibles en quantité industrielle – ou qu’en imitations grossières et trompeuses – je fabriquerai donc ces peintures et mortiers comme autant d’éléments singuliers qui permettront de travailler techniquement sans quitter l’esthétique.

La suite de cette histoire, c’est la création en 2013 de la Compagnie des Peintres. La Compagnie des Peintres regroupe des anciens élèves de l’Ecole parmi près de 20 promotions. Toujours stimulés et alimentés par Jean-Claude Pelletier, aka Le Singe qui Boit, nous développons à travers ce collectif la pratique d’un décor d’aujourd’hui, résolument créatif, partout, et pour tous.

 

La compagnie des peintres : Un autre décor

En 2014, je retrouve des amis peintres formés à l’école d’Avignon. Ensemble, Nous créons la Compagnie des Peintres : Association pour la promotion d’un décor vivant.

Extrait des status :

« Les membres fondateurs portant le projet «La Compagnie des Peintres»  partagent  par leur formation et  leur expérience professionnelle, une même culture du décor peint, une connaissance approfondie de son histoire et de ses techniques.
 La Compagnie des Peintres s’est donnée pour vocation de diffuser la notion d’un décor peint d’aujourd’hui, véritable esthétique du quotidien en phase avec l’environnement, l’habitat et les conditions économiques du plus grand nombre.
L’association a pour but le développement, la production et la diffusion de toutes
activités artisanales, artistiques, culturelles ou de loisirs liées à la pratique contemporaine du décor et de la peinture murale.
D’une façon générale, l’utilisation de matières brutes, naturelles ou «bio-sourcées» sont au fondement des actions de l’association. »